FOLLOW US

SEARCH SITE BY TYPING (ESC TO CLOSE)

Château de Vaugrenier
+33 4 93 65 06 97

Skip to Content

Category Archives: presse

Nice Matin parle de nous !

Commandé par René de Savoie, oncle de François Ier, au début du XVIe siècle, le château de Vaugrenier, situé à Villeneuve-Loubet, jamais achevé, vient d’être réhabilité pour la location saisonnière.

De la grande salle, de l’escalier à vis et de la chapelle monte une odeur de chaux et de peinture fraîches. Au château de Vaugrenier, le chantier de restauration vient de s’achever.

Des années de travaux et plusieurs milliers d’euros ont été nécessaires pour consolider, réhabiliter, restaurer cet édifice unique, classé monument historique en 1992. Témoin de pierre d’une histoire locale qui remonte à la Renaissance.

Sa propriétaire, Nadège Le Lédan, a poursuivi les travaux lancés dans les années 1990 par sa mère, la comtesse Elisabeth de Vanssay, marquise de Panisse.

Pour comprendre comment a été imaginée et conçue cette grande bâtisse, la famille a consulté des experts et s’est plongée dans la généalogie pour remonter le fil de l’histoire familiale.

La construction de ce qui était probablement destiné à devenir un pavillon de chasse a été ordonnée par René de Savoie, oncle de François Ier (sa demi-sœur était la mère du roi de France) et époux d’Anne de Lascaris. Tous deux vivaient alors au château de Villeneuve.

 

L’ESCALIER ET SA TERRASSE JAMAIS RÉALISÉS

Entrepris en 1516, les travaux auraient été interrompus vers 1520. Et définitivement abandonnés en 1525, à la mort de René de Savoie, gravement blessé lors de la guerre d’Italie, qu’il a menée aux côtés de son neveu François Ier.

L’entrée principale devait se faire à l’étage, via l’ouverture surmontée d’un fronton à œil-de-bœuf, à l’intérieur duquel devaient probablement être gravées les armes de la famille.

« Une terrasse était prévue avec un escalier pour y accéder. On le sait grâce à la position de cette fenêtre centrale, plus basse », détaille Nadège Le Lédan.

En 1650, Anne de Lascaris vend la propriété à un lointain cousin, Nicolas de Sève, de la famille Du Laurens.

La chapelle, de style baroque, située à l’étage, aurait été construite au XVIIe siècle, par son descendant, Jacques Du Laurens, qui aurait fait du château de Vaugrenier sa maison de campagne. Un enfant serait né et baptisé ici.

Au XVIIIe siècle, lors d’un procès retentissant entre le seigneur de Villeneuve et le seigneur de Vaugrenier, son vassal, la propriété change de main.

« Contraint de verser une redevance à son seigneur, César de Panisse, Du Laurens lui aurait abandonné les terres et le château », raconte la propriétaire.

 

MAÏS, BLÉ, ORGE ET VERS À SOIE

La propriété devient alors une exploitation agricole. Jusque dans les années 1960, on y cultivait le maïs, le blé, l’orge. Il y avait des mûriers, des vers à soie, des moutons. Au XIXe siècle, une étable et une bergerie sont construites à l’arrière du château qui, lui, a hébergé des générations de fermiers et cultivateurs.

Jusqu’à ce que l’A8 coupe la propriété en deux et que le Département exproprie les terres comprises entre l’autoroute et la mer pour en faire le parc départemental de Vaugrenier.

L’étable et la bergerie ont été rénovées il y a plusieurs années et sont louées à des particuliers pour l’organisation de réceptions (mariage, baptêmes, conférences…)

Les chambres, salles de bains, cuisines et salons, qui viennent d’être restaurés dans le château, seront meublés et loués dans le courant de l’été. Ils seront destinés à accueillir la propriétaire lors de ses séjours sur la Côte d’Azur, ou loués aux mariés ou invités par exemple.

 

POURQUOI A-T-IL FALLU TANT DE TEMPS?

Pour des raisons administratives, car qui dit monument historique dit avis de la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). De plus, le chantier a connu des déconvenues.

« En 1991, ma mère Elisabeth de Vanssay hérite de la propriété et décide de la restaurer,explique Nadège Le Lédan, la propriétaire du château. La charpente, remplacée en 1995 par une structure métallique, a dû être reprise une seconde fois. Elle a ensuite fait refaire la façade ».

Les fenêtres, qui avaient été pour partie bouchées, sont rouvertes. La bergerie, les bâtiments agricoles sont transformés en accueil, sanitaires, vestiaires, grande salle de réception.

« Ma mère a ensuite créé les parkings, les bassins. Elle est décédée en 2005. Avec mon père, nous avons décidé de nous attaquer à l’intérieur. Mais la façade se lézardait. Nous avons consulté des experts qui nous ont dit que le château était en train de s’ouvrir en deux, se souvient Nadège Le Lédan. Si l’escalier initialement prévu avait été construit, il aurait peut-être permis de tenir l’ensemble. En ouvrant les fenêtres, on a aussi peut-être fragilisé le château ».

Des études techniques et scientifiques sont menées. Des experts injectent un produit sous pression dans les espaces vides. Ces travaux de consolidation ont duré entre 3 et 4 ans.

 

 

https://www.nicematin.com/vie-locale/lincroyable-histoire-de-la-renovation-du-chateau-de-vaugrenier-construit-il-y-a-500-ans-mais-jamais-acheve-392146

En savoir plus

Le Parisien parle de nous !

Les Français se mobilisent pour sauver le patrimoine

 

LE PARISIEN WEEK-END. Alors que les fonds publics destinés au patrimoine diminuent, beaucoup de trésors français risquent la ruine. Pour sauver châteaux, églises ou moulins, bénévoles, start-up et associations mettent la main à la pâte… et au porte-monnaie.

 

Par Laurène Champalle
Le 10 novembre 2017 à 09h28, modifié le 16 novembre 2017 à 15h10

Un marteau taillant à la main, comme les artisans du Moyen Age, Julie, 16 ans, réalise des encoches sur une pierre de carrière. Elle a beau être en vacances en cette première semaine de la Toussaint, la jeune fille travaille d’arrache-pied, à l’instar des autres bénévoles de l’Association de mise en valeur du château de Coucy (AMVCC). Le petit groupe s’affaire devant la porte de Laon, la plus monumentale des trois entrées de cette forteresse du XIIIe siècle dynamitée par les Allemands en 1917. Julie, notre tailleuse de pierre, habite à Coucy (Aisne) depuis son enfance et ce château, c’est un peu le sien. « Je veux faire revivre ces ruines. Si je ne vois pas la fin des travaux, mes enfants ou mes petits-enfants, eux, en profiteront », espère-t-elle. En trente ans, l’AMVCC a restauré la tour Lhermitte, elle aussi intégrée à l’enceinte de la ville, avant de s’attaquer à la porte de Laon, en 2015. Le Département, qui en est propriétaire, fournit le matériel. Mais ce sont des bénévoles qui redonnent vie à ce monument classé. Et il n’est pas le seul à avoir besoin d’un sérieux coup de neuf. En France, d’après les chiffres de la Direction des patrimoines, un quart des 44 000 monuments historiques protégés (c’est-à-dire classés ou inscrits au Code du patrimoine) sont en mauvais état, et près de 5 % en péril. En 2018, le budget du ministère de la Culture alloué à leur conservation et à leur restauration plafonnera à 341 millions d’euros (- 0,1 % par rapport à 2017). La sauvegarde du patrimoine non protégé – plusieurs millions d’édifices – repose elle aussi largement, et de plus en plus, sur la mobilisation des Français. L’essentiel de ces trésors appartient à des propriétaires privés et à des communes, souvent confrontés à des difficultés de financement, particulièrement les villes de moins de 2 000 habitants. Or celles-ci possèdent la moitié des joyaux d’architecture ou d’histoire du pays, dont les églises.

Des ventes de gâteaux pour récolter des fonds

Le clocher de Villar d’Arène, village des Hautes- Alpes au pied du massif de la Meije, se repère de loin. Bâtie en 1870 sur un sol instable, l’église de cette bourgade de quelque 300 âmes est fermée au public depuis 1986. De larges fissures lézardent le tuf doré du Lautaret, roche dans laquelle a été construit cet édifice non classé de style néogothique. Un crève-coeur pour Nicole Amieux, 72 ans, qui s’y est mariée en 1970. « A la sortie de la messe, on se retrouvait tous pour boire un verre de blanc sur la place. C’était le coeur du village », se souvient cette adhérente de la première heure de l’Association des amis de l’église Saint-Martin de Villar d’Arène. Créée en 1995, la structure a amassé, grâce à d’innombrablesventes de gâteaux et de tricots confectionnés par les femmes du village, un trésor de 200 000 euros. Grâce à lui, des travaux de rénovation pourraient bientôt être lancés. Pour le moment, l’édifice est sous surveillance. « Nous avons posé dix témoins sur les fissures pour mesurer les mouvements pendant un an et déterminer s’il faudra intervenir sur le sous-sol. Il apparaît déjà que la nef est stabilisée. En juillet 2018, nous aurons les résultats pour le choeur et le transept, la nef transversale », explique Catherine Pichat, l’architecte du Patrimoine missionnée pour réaliser cet état des lieux. La mairie, propriétaire, a annoncé qu’elle participerait à hauteur de 100 000 euros. Une somme insuffisante pour mener les travaux urgents, estimés à 450 000 euros. Une subvention permettant de couvrir 40 % de la facture a été sollicitée auprès de la Région. Cet automne, une campagne de mécénat participatif, baptisée Fous de patrimoine, a par ailleurs permis de récolter 23 000 euros de dons supplémentaires.

Les Français se mobilisent pour sauver le patrimoine

En vacances, Julie, 16 ans (au second plan), rénove bénévolement le château de Coucy (Aisne). (Olivier Jobard pour Le Parisien Week-End)

« On assiste à la multiplication de petites opérations de financement participatif au niveau local, avec un réel engouement des Français », constate Jean-Michel Loyer-Hascoët, adjoint au directeur général des patrimoines, rattaché au ministère de la Culture. Ainsi, les campagnes de crowdfunding, ces levées de fonds auxquelles tout un chacun peut contribuer, foisonnent sur Internet. Celles de la Fondation du patrimoine ont permis de récolter 15,4 millions d’euros en 2016 pour soutenir plus de 2 000 projets de restauration d’édifices en péril, en majorité du patrimoine rural non protégé : églises, moulins, lavoirs… En ruine, le moulin de Luzéoc, à Telgruc-sur-Mer (Finistère), devrait ainsi bientôt renaître de ses cendres grâce au soutien de 250 donateurs. « Les financements publics reculent de plus en plus. Il faut trouverd’autres ressources. Le mécénat populaire complète le financement d’un projet quand les collectivités publiques ont déjà donné. Il est en plein essor, avec un fort potentiel de développement car de nombreux éléments ont besoin d’être restaurés », affirme Célia Vérot, directrice générale de la Fondation du patrimoine, qui accompagne Stéphane Bern, nommé « Monsieur Patrimoine » par Emmanuel Macron. Fort de ses 580 bénévoles et de ses 22 délégations régionales, cet établissement privé a notamment organisé, début novembre lors du Salon international du patrimoine culturel, à Paris, des speed meetings (rencontres express) avec des porteurs de projet venus de toute la France, afin de les renseigner sur les différentes possibilités de faire financer leurs chantiers. « Chaque donateur devient acteur de la sauvegarde de son patrimoine en participant à la beauté et à l’intérêt du lieu où il vit. Au-delà des fonds mobilisés, chaque collecte est l’occasion de moments de partage qui fédèrent et dynamisent les territoires. Cela fait du bien à tout le monde car cela crée du lien social, du tourisme, de l’emploi », analyse la directrice générale.

Le patrimoine, « pétrole de la France »

Internet aussi est passé par là. Depuis deux ans, de nouveaux acteurs veulent faire la révolution numérique dans l’univers du patrimoine. Dartagnans, une start-up, et Adopte unchâteau, une association, font souffler un vent de jeunesse sur les vieilles pierres. « Préserver le patrimoine coûte très cher et le secteur subit en premier lieu les coupes budgétaires. Pourtant, c’est le pétrole de la France : près de 85 millions de touristes viennent chaque année visiter nos musées, nos châteaux…

L’industrie touristique pèse plus que l’agroalimentaire », avance Romain Delaume, 30 ans. En 2015, lui et son ami Bastien Goullard ont créé Dartagnans en sortant de leur école de commerce. Les idées fusent au sein de leur équipe de six personnes, installée dans un incubateur de start-up dans le 11e arrondissement de Paris. « Nous ne sommes pas une plateforme de crowdfunding, mais une agence de financement participatif du patrimoine, de la culture et du tourisme culturel : au-delà du simple don, nous voulons créer la première communauté de gardiens du patrimoine », explique Romain Delaume.

Pour inciter les jeunes à soutenir des projets auxquels ils portent généralement peu d’intérêt, il mise sur un don ludique et sur les réseaux sociaux. « On n’appâte pas nos donateurs avec des déductions fiscales. La contrepartie qu’on leur propose est une expérience culturelle »,décrit le patron de Dartagnans, qui revendique 80 000 abonnés à sa newsletter, 30 000 fans sur Facebook et 20 000 donateurs actifs. Par exemple, une visite de chantier avec le propriétaire des lieux et une invitation au cocktail d’inauguration des travaux en échange d’un don de 100 euros pour restaurer la tour des Reines du château de Saint-Saturnin, dans le Puy-de- Dôme, où fut enfermée brièvement la reine Margot (1553-1615).

Les Français se mobilisent pour sauver le patrimoine

Romain Delaume, cofondateur de la start-up Dartagnans. (Olivier Jobard pour Le Parisien Week-End)

Un château racheté par des passionnés

Percer des trous dans des murs du XVIe siècle pour installer des dizaines de prises nécessaires à des bureaux ? Nadèje le Lédan n’y songe pas. Cette avocate parisienne de 60 ans a repris, il y a peu, le château familial de Vaugrenier à Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), classé mais inhabitable tant il est dégradé. Elle consacre désormais tout son temps à chercher des fonds pour le restaurer, entre lourds prêts bancaires et maigres subventions. « Avec sa situation idéale sur la Côte d’Azur, j’aurais pu le vendre à un millionnaire russe ou chinois », reconnaît la propriétaire. Car si l’immobilier de prestige a souffert entre 2009 et 2015, les ventes sont, depuis, reparties. Selon l’agence spécialisée depuis reparties. Dans de nombreuses régions, les agences spécialisées proposent des châteaux Barnes, la fourchette de la grande majorité des à partir de 500 000 euros, soit le prix d’un transactions se situe entre 700 000 euros et 3 millions d’euros. Nadèje le Lédan, deux-pièces à Paris. Nadèje le Lédan, elle, tient à son héritage : « Il est dans ma famille depuis 1750. Autrefois, les terres généraient des revenus. Aujourd’hui, aucun propriétaire ne peut conserver son bien sans développer diverses activités annexes, comme des visites payantes, des chambres d’hôtes ou des réceptions. »

Et si l’avenir des vieilles pierres passait aussi par l’économie dite collaborative ? Adopte un château et Dartagnans ont lancé cet été une campagne inédite pour acheter collectivement le château Le Paluel en Dordogne, une ruine du XVe siècle où fut tournée une partie du film Le Tatoué, en 1968, avec Jean Gabin et Louis de Funès. Un acquéreur plus fortuné l’a raflé aux enchères en septembre. Qu’à cela ne tienne, une nouvelle campagne est en ligne pour acquérir La Mothe-Chandeniers(aux Trois-Moutiers, dans la Vienne). Entouré de douves et envahi par les arbres, ce château en péril dégage une atmosphère féerique. Cette fois, le propriétaire s’est engagé à le céder sans enchères pour 500 000 euros. Le principe de l’opération ? Chaque donateur devient propriétaire d’une ou plusieurs parts de la société qui détiendra le château, une part correspondant à 50 euros. « La société fonctionnera de façon démocratique, avec un conseil d’administration et une assemblée générale annuelle pour décider de l’avenir de ce monument non protégé, et donc soumis à l’appétit des promoteurs, souligne Romain Delaume. Fédérer 10 000 copropriétaires, c’est créer une force de frappe démultipliée, et bénéficier d’un exceptionnel vivier de talents pour porter un vrai projet collectif. » Les options sont ouvertes.

« Sans engager de lourds travaux, on pourrait « cristalliser » le château, c’est-à-dire le sécuriser pour le rendre visitable tout en conservant son âme de ruine romantique. On pourrait aussi en faire une résidence d’artistes », révèle Julien Marquis. Plus de 330 000 euros ont déjà été réunis, versés par des donateurs de 45 nationalités différentes. La collecte sera close le 25 décembre prochain. Les membres de Dartagnans, ces mousquetaires du XXIe siècle, ont même conçu une box à glisser au pied du sapin : une part du château à offrir à ses proches.

Les Français se mobilisent pour sauver le patrimoine

La start-up Dartagnans et son cofondateur Romain Delaume (à g.) proposent aux internautes d’acheter collectivement le château La Mothe-Chandeniers (ci-dessus), situé dans la Vienne. (Dartagnans/Meskaprod)

 

http://www.leparisien.fr/week-end/les-francais-se-mobilisent-pour-sauver-le-patrimoine-08-11-2017-7381731.php

En savoir plus